Contacter

l'équipe


  • Médias-Cité

    logo_baseline
    Pilote du projet

    Centre de Ressources pour l'Innovation sociale numérique

Place de la République
Entrée E
33160 Saint-Médard-en-Jalles
Tél: 05 56 16 48 20

www.medias-cite.org






Contribuer

au financement


Un modèle entreprenarial original

1- Quels sont les retours pour les citoyens producteurs de données ?

Ils disposent de deux types de retours :

  • ils disposent de l'intégralité de l'information qu'ils produisent - brute et traitée - ainsi qu'une restitution de l'information recontextualisée. Exemple: celui qui disposent d'un capteur sur les niveaux de pollens, disposent d'une "station météo" qui lui restitue les grandeurs de proximité mais également la totalité des restitutions environnante. Le producteur de data est un usager privilégié de la data.
  • ils peuvent au regard des exploitations de leurs datas faire l'objet de retour financier, sous forme de micro-paiement voire de monnaies alternatives.

2- Comment sont générés les flux financiers ?

Ils sont de plusieurs types:

  • dès lors qu'il y a un traitement ou une exploitation non-lucrative de la donnée, celle-ci est libre et ouverte.
  • toute exploitation lucrative (directe ou indirecte) génère une droit d'exploitation qui permet de financer la production, le traitement et le fonctionnement de la plateforme.

C'est pourquoi chaque usage de la donnée est faire sous licence CC, sur la base d'une clé API. Les jeux de données ne sont jamais reversés. La donnée brute est une copropriété de leurs producteurs respectifs. La donnée traitée est une appuyée par une licence complémentaire.

  • les prescripteurs peuvent participer au financement amont de la production de la data. Le cas échéant, ils contribuent dans leur usages aval. S'ils interviennent dans la phase amont, le coût résiduel est plus avantageux puisqu'ils participent de l’amorçage. Ils sont alors considérés comme co-producteurs (au sens investisseur)
  • les ateliers d'assemblage des capteurs et/ou la vente directe des capteurs produisent également des flux financiers.
  • les applications produites selon la démarche "DataCityZen" sont labellisés au titre de cette démarche issue du commerce équitable dans laquelle chaque partie prenante dispose d'un retour.
   

Quels sont les besoins de financements ?

En rythme de croisière ce dispositif est "auto-suffisant". Ce sont essentiellement des besoins de financement d’amorçage pour "lancer" le cercle vertueux.

Ce qu'il faut financer en mode d'amorçage c'est donc:

  • la création de l'API
  • la création du Hub de datas
  • la création de l'AppStore DataCityZen
  • la création du Fab'Oc (La Fabrique à Objets Connecté)
  • la création du Fab'Us (La Fabrique aux Usages)

Deux types de financeurs sont sollicités:

  • les contributeurs: ils interviennent au regard de l'utilité sociale du projet. Ils interviennent sous forme de subventions et/ou d'apport en fonds propres ou quasi fonds propres
  • les investisseurs: ils interviennent en devenant "co-propriétaires".
   

Apporter

le plein d'idées


Vers une nouvelle ère de la data

La condition de l'émergence d'une véritable ère de la donnée ouverte repose sur plusieurs conditions :

  • que le citoyen y rencontre un usage, y trouve un intérêt.

  • que le citoyen développe une confiance dans la production, la diffusion et la qualification de la donnée.

  • que, fort de ces premières conditions réunies, la masse critique d'utilisateurs étant atteinte, une véritable filière se développe autour de « Produire + Agréger + Qualifier + Restituer + Utiliser ».

  • que des cercles vertueux économiques permettent de restituer la valeur produite à chacun des maillons de cette chaîne de valeur.






 

Services

une place de services


  • Aux citoyens

    ...ils produisent la data

    nous les formons à assembler des capteurs et produire la data

    des exemples...
  • Aux prescripteurs

    ... ils ont besoin de datas

    nous imaginons les capteurs, le déploiement résidentiel, fournissons la data à traiter

    des exemples...
  • Aux intermédiaires

    ... ils traitent la data

    nous leur fournissons de la data brute sous licence, qu'ils peuvent traiter pour la rendre exploitable

    des exemples...
  • Aux exploitants

    ... ils produisent des services

    nous leur fournissons un hub de datas traitées ou brutes avec clé API pour produire des apps

    des exemples...

 

Découvrir

le projet


DataCityZen:
Produire + Agréger + Qualifier + Restituer + Utiliser

Un écosystème:

DataCityZen est un projet de construction / structuration d’un écosystème ayant pour socle la data, fondé sur la production de confiance et la relocalisation des filières :

  • DataCityZen consiste en la production de données par les citoyens, autour des mesures captées de grandeurs environnantes, produites de manière automatisée, par des capteurs principalement assemblés par des citoyens.

  • DataCityZen œuvre à l’agrégation de ces données et à la restitution sous divers formats (avec plusieurs niveaux de travail et d’exploitation des jeux de données produits).

  • DataCityZen rend possible l’utilisation de ces données.

  • DataCityZen organise la mise en relation des communautés de demandeurs de données, d’utilisateurs de données, de producteurs de données, de fabricants et d’assembleurs de capteurs, et stimule la solvabilisation de chacun des échelons par le biais de services numériques produits par des tiers.

DataCity’Zen est projet qui propose de mettre en mouvement un territoire régional autour de la Data.

Une stratégie:

  • Réhabiliter la production de données en impliquant dès l'amont les citoyens dans la production de la donnée à travers l'assemblage de capteurs résidentiels domestiques portant sur des grandeurs variées qui les concernent (qualité de l'air, présence de pollens, etc...).

  • Connecter ces données d' « environnements » aux données plus « classiques » de l'OpenData (géoréférencement, liens avec des politiques publiques, les questions de transports, etc...

  • Renouveler les « commanditaires de la donnée » en mobilisant des acteurs communautaires prescripteurs d'usages de ces données (allergologues, association environnementales, etc...).

  • Favoriser la remontée de datas en territoire urbain (via l'ADSL) mais aussi rural (via GPRS et fréquence libre de radiocommunication) afin de rééquilibrer la géographie des producteurs de datas.

  • Produire des mécanismes de « récompense » et de retour de valeurs pour les producteurs de datas.

In-fine, il s'agit de relocaliser la production de la data, mais aussi et surtout les lieux de stockage, de restitution et d'exploitation de la data, et par ce biais relocaliser l'écosystème de la data et les emplois qui y sont liés.

Une représentation

Schema

Les services aux citoyens

  • Une exposition itinérante sur les grandeurs physiques environnementales (pollution de l'air intérieur, mesure des pollens, mesure de la pollution sonore, etc...). Permet également de faire découvrir les notions de données, d'open data et de data-visualisation.

  • Des ateliers de fabrication de capteurs résidentiels domestiques en lien avec les EPN déployés sur le territoire aquitaine. Croisement avec les approches FabLabs / Petits Débrouillards / Éducation aux usages du numérique et des objets connectés.

  • Pour les citoyens «hôtes», une «station météo locale» sous forme d'appli web / mobile lui permettant de disposer de toutes les grandes mesures dans son environnement (« récompense » de sa fonction « hôte » et de sa contribution à la data partagée).

  • Pour les citoyens « usagers », un bouquet d'application utilisant ces datas(approche Proxima Mobile). Certaines sont gratuites, freemium, payantes, purchase in-app, ou publicitaires, au choix de production de solution d'exploitation de la donnée.

  • Une data retraitée dont les caractéristiques sont fournies par les « médiateurs de data ». Ce service associé, selon le modèle, génère une contractualisation d'usage entre le « prescripteur de data » et « médiateur de data » qui produit suivant les conditions d'utilisation un retour financier.

  • Une data consolidée, les « opérateurs de datas » assurant le croisement entre la data retraitée et d'autres sources de data (géographique par exemple)

  • Des applications dédiées produites par les « exploitants de la data ».Certaines sont gratuites, freemium, payantes, purchase in-app, ou publicitaires, au choix de production de solution d'exploitation de la donnée. Certaines peuvent être produites en marques blanches : exemple de l'allergologue qui souhaite pouvoir offrir un service d'alerte sous forme de recommandation à sa clientèle.

  • Une place soit pour « commander » une grandeur à mesurer, soit pour susciter des communautés autour d'une nouvelle grandeur à mesurer (qui part alors dans la Fabrique à Objets Connectés).

 

Les services aux "médiateurs"

Pour les médiateurs technologiques (traitement de la data ) :

  • Une data brute dont les caractéristiques sont claires : ce sont des données domestiques, normées, traçables, et contextualisables. Cela est garanti par la chaîne OpenHardware et OpenData. Le traitement leur appartient. Suivant l'usage qu'ils en font, la licence peut ouvrir droit à un retour de valeur en direction des parties prenantes de la production / traitement de la data.
  • Un « hub » de datas brutes ou faisant l'objet de services associés, ils s'appuient sur des logiques de « widgets » de traitement ou de transfert de datas consolidées, voire de « place d'application ».

 Pour les médiateurs de culture scientifique et technique (production de la data) :

  •  Une exposition itinérante.
  • Une valise numérique de fabrication de capteurs.
  • Des ateliers de type FabLab vendus clés en main.
  • Des formations pour conduire des ateliers de type FabLab.
  • Une centrale d'achat pour la fabrication / assemblage des capteurs.

Les services aux opérateurs/exploitants

Pour les opérateurs :

  • Un « hub » de datas retraitées par les « médiateurs » de data et étant le socle à la mise en place d'un travail de consolidation, création de design de service.

 Pour les fabricants de capteurs :

  •  Une stratégie de prototypage étendu (véritable LivingLab grandeur nature).
  • Une stratégie complémentaire et alternative leur permettant de développer un nouveau type de clientèle, qui n'est pas toxique pour leur propre business-plan de vente de « capteurs assemblés » et/ou de capteurs industriels, en s'appuyant sur les approches DIY et qui contribue à la diffusion des objets connectés, condition stratégique au développement de la filière
  • La Fabrique à Objets Connectés, qui permet de prototyper de nouveaux capteurs, mais également d'y butiner des innovations, une aide dans la R&D de l'entreprise

 Pour les exploitants :

  •  Des données consolidées fournies par l'intermédiaire d'une plateforme de collecte de données et traitées par les opérateurs.

Blog

Go to blog


DataCityZen

Un site utilisant WordPress

Aucun Résultat

Apologies, but no results were found. Perhaps searching will help find a related post.

x